«L’Expérience et la passion au service de l’exception» Patrice Bergeyron
De l'homme à la bionique
La 3D a révolutionné l'orthodontie

Les nouvelles techniques d'imagerie, la simulation par ordinateur et la conception d'appareils assistée par ordinateur ouvrent de nombreux horizons aux traitements orthodontiques.

Les limites historiques de l'orthodontie étaient l'aspect de la bouche durant la période de traitement, la difficulté de s'adapter à chauque désir des patients et surtout le nombre important d'heures que nécessitaient les diagnostics, les installations et les retouches des appareilsdentaires. "aujourd'hui, ces problèmes ont trouvé des solutions grâce à quelques innovations technologiques qui sont utilisées aux Etats-Unis depuis plusieurs annnées et commencent à se répandre ici", explique le docteur Patrice Bergeyron qui a été le premier à importer cette technique en Europe dès 2001. Douze ans après, en 2013, il a apporté à la clinique B And Smile de Genève les dernières évolutions et technologies au service de la santé, du confort et de l'optimisation du sourire naturel. Grâce à un scanner optique 3D ne dégageant pas d'ondes nocives, il est possible de numériser l'ensemble de la dentition du patient. Ensuite,l'orthodontiste devient un programateur d'informations cliniques transmises à un ordinateur qui fait tous les calculs et les simulations possibles afin de proposer aux patients une solution la plus proche de ses désirs et de son budget. "Il suffit donc d'une seule consultation pour faire une diagnostic complet et montrer concrètement quelles sont les solutions à disposition. En outre, les appareils peuventêtre personnalisés à l'extrême", précise Patrice Bergeyron.
Plus discret
Avec l'apparition de l'orthodontie interne, le secteur avait déjà fait beaucoup de progrès dans le confort ethétique des traitements. Mais à l'heure actuelle il est possible de traiter au moyen de gouttières transparentes, invisibles et esthétiques.Celles ci peuvent même être enlevées deux heures par jour. Pas besoin non plus de rendez vous réguliers puisque les gouttières, toutes livrées au début du traitement, se changent toutes les deux semaines afin d'exercer des pressions progressives. Quelles améliorations pourraient alors être encore faites? Le dr Bergeyron répond: "en augmentant le répertoire de données cliniques, nous pourrons augmenter encore la puissance de la prédiscibilité des modèles informatiques. Ceci viendra naturellement avec la généralisation des nouveaux outils."